• Mukenge/Schellhammer
  • Bandes Dessinées

Je suis une experte

La bédéiste Birgit Weyhe a passé quatre jours à Kinshasa et se demande pourquoi elle est considérée comme une experte de la scène BD congolaise. En travaillant dans différents pays africains, elle a dû faire face à ses propres privilèges, à la couleur de sa peau et à sa propre origine.

N’hésitez pas à me poser des questions sur le Congo, parce que j’y étais pendant quatre jours, je connais mon sujet. En général, je suis une experte (fig.1) de l’Afrique, car j’ai grandi en Ouganda et au Kenya et je possède une robe africaine traditionnelle imprimée à la cire. D’un point de vue européen, cela semble suffisant pour être responsable de l’ensemble du continent.

Comme si c’était si simple (fig.2).

Prenons mon vêtement imprimé à la cire. Ma fille était amie avec une Ghanéenne à l’école primaire. Lorsque sa mère a appris que mon frère, qui vit au Mozambique, allait se marier et que je serais en voyage pour le mariage, elle a fait faire une robe pour moi dans un tissu imprimé à la cire, parce que cela m’habillerait certainement de manière adéquate (fig.3), puisque l’imprimé à la cire est porté partout en Afrique. Et elle a raison – les capulanas des femmes mozambicaines sont également faites de ce tissu et sont donc omniprésentes.

Ce qui est intéressant c’est que l’impression à la cire n’est en aucun cas « traditionnellement africaine ». Si ces tissus sont effectivement portés dans une grande partie du continent, y compris au Congo, leur histoire est coloniale (fig.4).

Les tissus imprimés à la cire, également connus sous le nom Dutch Wax ou Wax Hollandais, sont des tissus de coton imprimés qui présentent des motifs vifs sur les deux faces. À l’origine, le procédé d’impression à la cire a été mis au point aux Pays-Bas dans le but de copier les motifs des tissus batik indonésiens et de les produire industriellement sous forme d’impressions textiles. Le terme javanais batik fait référence à une technique de teinture par réserve, où la teinture est réalisée avec un liquide ou une pâte anti-couleur comme la cire, la résine ou l’amidon. Le matériau de réserve est appliqué, dessiné ou estampé sur le tissu afin que ces parties du tissu soient protégées dans le bain de teinture et qu’un motif brillant apparaisse lorsque le matériau de réserve est retiré. D’où le nom de Wax-Print ou Dutch Wax. À l’époque, les Hollandais voulaient commercialiser ces tissus produits industriellement dans leur colonie de Java. La tentative a échoué car les Indonésiens préféraient leur propre artisanat traditionnel aux produits de masse (fig.5).

Ainsi, à la fin du XIXe siècle, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales cherchait un marché alternatif pour son produit et le proposait à la vente sur ses routes commerciales. Sur la Côte d’or ouest-africaine, l’actuel Ghana, la demande de tissus aux motifs éclatants était très forte. Grâce aux contacts des commerçants néerlandais avec les stations de mission et à des études de marché ciblées, des informations détaillées (fig.6) ont été recueillies sur les habitudes vestimentaires des habitants de la Gold Coast et leurs préférences pour certains motifs de tissus.

Pour augmenter les profits, ces idées ont été intégrées dans la production. De plus, les missionnaires (fig.7) avaient intérêt à faire respecter un code vestimentaire européen, car la nudité de la population n’était pas compatible avec les lois de la morale chrétienne à mettre en œuvre (fig.8).

Aujourd’hui, les Pays-Bas dominent toujours le marché des tissus imprimés à la cire, bien qu’ils aient subi la concurrence d’entreprises anglaises, chinoises et ghanéennes.

Ou prenons ma propre biographie. J’ai grandi dans les années 70 et 80, d’abord à Kampala, en Ouganda, puis à Nairobi, au Kenya. Lorsque je suis retourné dans ma ville natale de Munich à l’âge de 19 ans, je me suis senti très étranger (fig.9).

fig. 9 © Birgit Weyhe

J’ai surtout été surpris par la vision indifférenciée de l’Afrique. Personne n’en savait plus et personne ne s’intéressait  au-delà des clichés habituels, volontiers exotiques (fig.10). C’était toujours juste « l’Afrique », jamais un pays particulier, une langue particulière, une spécificité régionale particulière.

Le continent africain a été divisé en 1884/85 lors de la « conférence de Berlin », entre les représentants de 13 États européens, ainsi que des États-Unis et de l’Empire ottoman; les Africains n’étaient pas présents à cette réunion. Bon nombre des frontières arbitraires des pays dessinés sur la planche à dessin à l’époque existent encore aujourd’hui. Il y a donc une obligation historique pour nous, Européens, d’y regarder de plus près (fig.11).

Lorsque j’ai commencé à dessiner des bandes dessinées, je voulais essayer de raconter des histoires plus différenciées sur ce continent. Cela signifie que je ne peux raconter que des histoires sur certains endroits que je connais. Je parle à peine le français et je ne suis jamais allée en Afrique de l’Ouest, sauf au Nigeria. Je ne connais pas non plus l’Afrique du Nord. Je ne pouvais qu’illustrer German Calendar, No December, pas le raconter. Et les corrections de mes dessins ont été faites par l’autrice nigériane de l’histoire, Sylvia Ofili, et l’éditrice, Bibi Bakare-Yusuf. Dans les bandes dessinées où je traitais du Kenya, de la Tanzanie, de l’Ouganda, du Mozambique ou du Nigeria, je devais aussi traiter de mes propres privilèges, de la couleur de ma peau, de mes origines. Mes trébuchements (fig.12) et mes recherches (fig.13) peuvent être retracés dans mes œuvres.

Par exemple, dans la représentation de la couleur de la peau. Mes premières BDs étaient dessinées à l’encre, du noir pur sur un fond blanc, et tous les protagonistes noirs ressemblaient à du blackfacing. Lors des tentatives suivantes, j’ai dilué l’encre pour qu’elle soit plus glacée et ressemble davantage au teint de la peau plutôt qu’à une surpeinture. Le résultat est tout aussi insatisfaisant, car toutes les personnes représentées ont l’air tachées et ont la peau sèche (fig.14).

fig. 14 © Birgit Weyhe

À l’étape suivante, je suis passée au travail numérique et j’ai donné une teinte spécifique aux personnages. Dans Madgermanes, par exemple, les Mozambicains sont colorés d’un ocre, les citoyens de la R.D.A. sans coloration. Dans German Calendar, No December, tous les personnages ont leur propre teinte, du rose au brun clair en passant par le brun foncé. Comme je préfère travailler avec une ou deux couleurs spéciales seulement, cette solution était trop longue et compliquée pour moi. En conséquence, j’ai laissé de côté toutes les couleurs de peau dans Lebenslinien, ce qui m’a valu d’être accusée à juste titre de prétendre que nous vivons dans une société « post-raciale », ce qui n’est absolument pas le cas. Voir l’assassinat de Hanau, le « profilage racial » et le mouvement « Black Lives Matter ». Je travaille donc à nouveau comme dans Madgermanes et j’essaie en outre de me positionner dans le débat sur l’appropriation culturelle, dont on m’accuse. Encore une fois, tout ce que je peux faire, c’est écouter, apprendre et continuer à chercher. Mais je n’arrêterai pas de dessiner. (fig.15)

fig. 15 © Birgit Weyhe

Et cela m’amène à la BD congolaise. J’ai passé quatre jours à Kinshasa et j’ai eu l’honneur de travailler avec de fantastiques auteurs* dans le cadre d’un atelier de bande dessinée, parmi eux Judith Kaluaji, qui a déjà partagé son travail sur ce blog. J’ai pu rencontrer des femmes congolaises fortes lors de tables rondes et faire face à des questions désagréables sur l’héritage colonial (fig.16) et les privilèges blancs (fig.17).

J’ai beaucoup appris, notamment l’humilité (fig.18). C’est tout ce que j’ai à dire.

fig. 18 © Birgit Weyhe

Post-scriptum :

Premièrement : La robe ghanéenne imprimée à la cire s’est avérée magnifique, même si je ne l’ai jamais porté. Deuxièmement : Les dessins ne sont pas issus de mes quatre jours bien remplis à Kinshasa, mais d’un échange de dessinateur* lorsque j’étais au Brésil. Ne faites jamais confiance à quelqu’un qui prétend être un expert*. (fig.19)

fig. 19 © Birgit Weyhe

Autrice invitée dans cet article: BIRGIT WEYHE

Homepage: https://birgit-weyhe.de/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.