• Rocky Production
  • Bandes Dessinées

Pour la défense de l’image populaire

Les « poor images » sont écrasées, compressées, reproduites, arrachées, remixées et copiées par le biais de connexions numériques lentes. De même que la vie et l’art se confondent, les frontières entre l’auteur et le public sont floues. S’appuyant sur la thèse de Hito Steyerl sur les « poor images », la commissaire et auteur Olivia Berkowicz analyse la manière dont les images populaires remettent en question les limites des récits culturels occidentaux.

Sur son lit de mort, Copernic publie le livre qui fonde l’astronomie moderne.

Trois siècles auparavant, les scientifiques arabes Mu’ayyad al-Din al-‘Urdi et Nasir al-Din al-Tusi avaient élaboré des théorèmes essentiels à ce développement. Copernic a utilisé leurs théorèmes mais n’a pas cité la source.

L’Europe s’est regardée dans le miroir et a vu le monde.

Il n’y avait rien derrière.

Les trois inventions qui ont rendu la Renaissance possible, la boussole, la poudre à canon et la presse à imprimer, venaient de Chine. Les Babyloniens ont devancé Pythagore de 1500 ans. Bien avant tout le monde, les Indiens savaient que la terre était ronde et avaient calculé son âge. Et mieux que quiconque, les Mayas connaissaient les étoiles, les yeux de la nuit et les mystères du temps.

De tels détails n’étaient pas dignes de l’attention de l’Europe.


Eduardo Galeano, Mirrors. London: Portobello Books, 2009 (2008). Traduction de l’anglais par les rédacteurs.


L’Europe s’est regardée dans le miroir et s’est vue reflétée dans un écran Retina. Au-delà de l’image haute résolution d’elle-même, le reste du monde était réduit à des bribes de contenu visuel. Pixellisée, toujours en mémoire tampon et douloureusement compressée, l’économie visuelle créée par la logique eurocentrique transforme le monde au-delà du miroir en quelque chose de pire que rien. De tristes copies itinérantes de ce qu’elle considère comme l’image originale, à savoir elle-même.

Ce texte prend son point de départ dans le texte de l’artiste et théoricien Hito Steyerl « In Defense of the Poor Image » de 2009. Son texte fusionne la critique succincte du néocolonialisme avec une analyse audacieuse de la culture audiovisuelle contemporaine. Dans le contexte de la plateforme Images Populaires, le récit de Steyerl se prête bien à une discussion sur la potentialité politique des images populaires produites et distribuées dans la société congolaise. Il y a beaucoup d’exemples pertinents sur la plateforme numérique qui pourraient mobiliser une conversation sur la façon dont les bandes dessinées et la culture visuelle populaire transgressent les limites de la production d’une simple « poor image »[1], mais pour les besoins de ce texte, j’ai choisi de mettre en évidence les activités prolifiques de Rocky Production. En introduisant le concept la « poor image », Steyerl écrit :

La « poor image » est une copie en mouvement. Sa qualité est mauvaise, sa résolution inférieure à la norme. En s’accélérant, elle se détériore. Il s’agit du fantôme d’une image, d’un aperçu, d’une vignette, d’une idée errante, d’une image itinérante distribuée gratuitement, pressée par des connexions numériques lentes, compressée, reproduite, arrachée, remixée, ainsi que copiée et collée dans d’autres canaux de distribution.[2]

La citation de Steyerl ci-dessus parle bien de la hiérarchie eurocentrique de la production d’images, mais aussi de ce même système visuel dans l’art contemporain. Les œuvres vidéo, la photographie numérique et les conférences Zoom d’une heure dépendent de la rapidité et de la disponibilité de l’internet à haut débit. Dans le contexte de la création artistique contemporaine, le duo d’artistes Christ Mukenge et Lydia Schellhammer constate que l’internet est un espace d’opportunités illimitées pour certains, tandis que pour d’autres, il reste largement inaccessible en raison de la faible qualité et des coûts de connexion élevés.[3] Géré par les oligarques de la Silicon Valley, l’expérience de l’internet en tant que paysage de rêve libertaire est limitée à ceux qui disposent des appareils et de l’infrastructure technologique nécessaires pour y accéder. L’image haute résolution devient un fétiche prisé, une expérience visuelle réservée à quelques privilégiés. Steyerl ajoute que « … la hiérarchie contemporaine des images, cependant, n’est pas seulement basée sur la netteté, mais aussi et surtout sur la résolution. »[4]

Cependant, dans la « poor image », elle trouve aussi le potentiel politique ainsi que l’héritage historique de la gauche. L’image à faible résolution est une image qui peut être créée et vue par le plus grand nombre.Revenant au pamphlet politique et à l’agitprop, la « poor image » est donc une image populaire, affirme-t-elle.[5] En se référant aux bandes dessinées de Rocky Production, elles font écho à l’insistance de Steyerl sur l’importance de l’image populaire, comme une image dans laquelle les frontières entre l’auteur et le public sont floues et où la vie et l’art se confondent. Dans les vidéos de la plateforme, le public est entraîné dans un voyage exaltant à travers le quartier de Bumbu, à Kinshasa, en suivant Shekinah Kashama Mfumba, dans la production de la bande dessinée « Le sorcier tue un féticheur ». Non seulement le contenu des bandes dessinées de Rocky mérite une discussion approfondie, mais aussi le mode de production. La distinction, l’audace des images et la vivacité des couleurs sont obtenues par le procédé de la sérigraphie. La gélatine est appliquée sur les plaques métalliques pour faire adhérer la couleur, tandis que l’impression elle-même est réalisée avec une machine offset Heidelberg.

L’histoire de la gravure est fermement liée au pamphlet politique et au zine underground, en tant que modalité permettant de diffuser rapidement des idées populaires et politiques dans la société, avec des matériaux souvent accessibles. Boloko ya bolingo (« La prison de l’amour »), la dernière série de bandes dessinées de Rocky, s’inspire des histoires folkloriques du théâtre populaire de Kinshasa, qui est également une forme d’art explorée avant Rocky Production. En outre, le travail de Rocky Production agit également comme une puissante réplique à la prétention coloniale occidentale à l’universalisme et à sa vision oculocentrique de nulle part. Pour reprendre les termes de l’universitaire féministe Donna Haraway, « dans ce festin technologique, la vision devient une gloutonnerie incontrôlée ; tout semble non seulement relever du mythe de l’astuce divine consistant à tout voir de nulle part, mais aussi de la mise en pratique ordinaire du mythe. »[6]

En référence directe à cette citation de Haraway et basées sur le contexte historique de l’indépendance congolaise, les bandes dessinées de Rocky Production démontrent la nécessité d’un nouvel imaginaire collectif et de nouvelles histoires, de nouveaux héros contemporains et de nouvelles formes de distribution.[7] En outre, la production hautement qualifiée de ces bandes dessinées témoigne également d’une forme de savoir situé, les sérigraphies étant archivées sur des plaques de métal qui ne se décomposent pas sous le climat tropical. L’étude de cas de Rocky Production confirme l’argument de Steyerl, selon lequel l’image populaire transgresse les limites des récits culturels occidentaux, tant en termes de qualité artistique que de mode de distribution. En tant que telle, elle défie le technologique occidental de « l’œil cannibale »[8] qui cherche à tout transformer en copies inférieures de lui-même.


En complément du texte, deux couvertures de bandes dessinées de Rocky Production :


[1] Le terme anglais original « poor image » combine le sens entre faible résolution et pauvreté, ce qui serait perdu avec une traduction allemande. Par conséquent, le terme original est conservé dans ce texte.

[2] Steyerl, Hito. “In Defense of the Poor Image.” e-flux, e-flux Journal #10, 2009, www.e-flux.com/journal/10/61362/in-defense-of-the-poor-image/. Accessed: 20 May 2021. Traduction de l’anglais par les rédacteurs.

[3] Mukenge/Schellhammer, et al. “Foreword.” Laboratoire Kontempo 2020, edited by Beya Othmani, 2020, p. 5. Traduction de l’anglais par les rédacteurs.

[4] Steyerl, “In Defense of the Poor Image.” Traduction de l’anglais par les rédacteurs.

[5] Ibid.

[6] Haraway, Donna. “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective.” Feminist Studies, vol. 14, no. 3, 1988, p. 581. Traduction de l’anglais par les rédacteurs.

[7] Kamba, Jean. “Popular Comics and Collective Imagination.” Popular Images, 27 July 2020, popularimages.org/en/blog/popular-comics-and-collective-imagination/.

[8] Haraway, “Situated Knowledges”, p. 581. De l’anglais original « cannibaleye » ; les éditeurs.


Autrice invitée dans cet article: OLIVIA BERKOWICZ

Photo: Viktorija Šiaulytė

Homepage: http://oliviaberkowicz.com/

Instagram: @oliviaberkowicz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.